Les Journées Européennes du Patrimoine

Publié le par Bernard K

Le week-end dernier ont eu lieu les Journées Européennes du Patrimoine. Comme tous les ans (un peu moins que les autres années, peut-être) les journaux télévisés et les chaines d’informations en continue nous ont montré les files d’attente de visiteurs qui se pressaient pour aller voir les «ors de la République». De six à huit heures minimum pour visiter le Palais de l’Elysée. Pour être un bref instant au plus près du pouvoir. Pour «smartphoner» le bureau de François Hollande. Pour se «selfier» devant l’ex-table de travail d’Emmanuel Macron.

Cela me fait penser à quelque nobliau qui jette à la populace des quignons de pain.

Je n’écris pas sur les propriétés privées exceptionnellement ouvertes ces jours-là, mais sur les lieux d’état qui nous sont interdits : ministères, assemblées, et autres palais.

Je milite pour que tous ces lieux pour lesquels nous payons des impôts reviennent à qui de droit, c’est-à-dire à nous. Que ces lieux nous soient ouverts toute l’année.

Pour quelle raison on nous en interdit l’accès ? Tel ministre nous dit-on à fait un bref instant les honneurs de la visite. Ne serait-ce pas plutôt à nous de le recevoir dans les lieux qui nous appartiennent.

Ils sont combien ? Trente à quarante ministraillons et sous-ministraillons. N’y a-t-il pas dans Paris assez de bureaux inoccupés pour les mettre tous ensemble. Dans le même open-space. En plus le premier d’entre eux les auraient tous sous la main, sous les yeux, et saurait ainsi qui travaille et qui chasse le pokemon. (Savez-vous ce que fait le ministre du logement et de l’habitat durable ? Le ministre de l’aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales ? La ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes ? La secrétaire d’état chargée du numérique ? Le secrétaire d’état chargé de la réforme de l’état de de la simplification ? Celle chargée de la ville ? Non ! Et je ne suis pas sûr que monsieur Valls le sache.) Pour le conseil des ministres un bus de la RATP les emmènerait tous ensemble à l’Elysée. Economie de véhicules, moins de pollution. Economie pour la sécurité. Ou on pourrait les mettre dans le ministère de l’économie à Bercy, il parait qu’il y a des hectares de bureaux inoccupés.

L’un des plus grands espaces verts de Paris est le parc de l'hôtel de Matignon où travaille le premier ministre. Le parc pourrait devenir un jardin public où les nurses, les bonnes d’enfants et les gouvernantes feraient prendre l’air aux charmants bambines et bambins. Lorsque l’on va sur le site gouvernement.fr/le-jardin-de-matignon, le jardin de trois hectares fait envie. Hélas qui en profite ? Ce n’est pas nous……

J’ai appris, en regardant un reportage, qu’au Palais du Luxembourg (dont la construction fut commandé par la reine Marie de Médicis la femme d’Henri IV et la mère de Louis XIII), siège du Sénat depuis 1799, dans Le Petit Luxembourg (ou hôtel de la Présidence qui est la résidence du président du Sénat) il y a une magnifique chapelle inaccessible.

Des ministères sont, parait-il, très richement décorés. Avec de belles peintures et de belles tapisseries. Magnifiquement meublés. Pourquoi ne pourrait-on pas en profiter tout le temps ?

PS : pour être clair, je ne méprise pas les visiteurs qui font la queue pendant des heures devant le Palais de l’Elysée (de même que je ne méprise pas les gens qui font la chasse aux pokemons).
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article