Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

17 articles avec musees expositions

FIAC 2017 – Hors les Murs – Jardin des Tuileries (7ème partie)

Publié le par Bernard K

FIAC

Hors les Murs

 

 

 

 

Jardin des Tuileries

 

Replicable space, 2017,  Christian de Portzamparc, Panneau de gypse, briques, fi brociment, métal déployé, vitre de verre trempée,    4,65 x 6 x 6 m
Replicable space, 2017,  Christian de Portzamparc, Panneau de gypse, briques, fi brociment, métal déployé, vitre de verre trempée,    4,65 x 6 x 6 m
Replicable space, 2017,  Christian de Portzamparc, Panneau de gypse, briques, fi brociment, métal déployé, vitre de verre trempée,    4,65 x 6 x 6 m
Replicable space, 2017,  Christian de Portzamparc, Panneau de gypse, briques, fi brociment, métal déployé, vitre de verre trempée,    4,65 x 6 x 6 m

Replicable space, 2017, Christian de Portzamparc, Panneau de gypse, briques, fi brociment, métal déployé, vitre de verre trempée, 4,65 x 6 x 6 m

« Christian de Portzamparc est né en 1944 à Casablanca. Il vit et travaille à Paris.

Replicable space (espace reproductible) est composé de divers éléments, positionnables dans différentes combinaisons selon le site et la fonction du bâtiment. Placés autour d’un atrium central, les différents modules créent un espace intérieur/extérieur qui peut être dédié à un espace d’exposition, comme pour Revolution Museum of Design and Architecture qui sera inauguré prochainement aux Philippines. Espace versatile, il peut devenir musée ou galerie d’art, accueillir des performances, servir de club ou de salle modulable. Pour garantir une adaptabilité maximum, les différents modules peuvent être habillés d’une gamme étendue de matériaux variés, choisis selon l’usage et la programmation envisagés. »

FIAC/Hors les Murs

Maison démontable, Jean Prouvé,  Bois et métal, 6 x 6 m
Maison démontable, Jean Prouvé,  Bois et métal, 6 x 6 m
Maison démontable, Jean Prouvé,  Bois et métal, 6 x 6 m
Maison démontable, Jean Prouvé,  Bois et métal, 6 x 6 m
Maison démontable, Jean Prouvé,  Bois et métal, 6 x 6 m

Maison démontable, Jean Prouvé, Bois et métal, 6 x 6 m

« Réalisés à partir de 1944, et rares rescapés de la période après-guerre, ces pavillons étaient destinés à reloger les sinistrés de Lorraine. Jean Prouvé, originaire de Nancy et constructeur de génie, obtint du Ministère de la Reconstruction une commande de logements d’urgence. Véritables performances d’architecture démontables, ces « baraques » étaient acheminées en pièces détachées dans les villages dévastés et pouvaient être montées en une journée par 3 personnes sur place, permettant aux populations de rester dans leurs villages. La rareté des matériaux et la priorité accordée à l’édification de logements permanents expliquent que l’industrialisation de ces logements ne dépassa jamais le stade de la petite série. En 1947, Prouvé reçut la Médaille d’Or de la Reconstruction et de l’Urbanisme. »

FIAC/Hors les Murs

Photos  © Bernard-K.Project

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

FIAC 2017 – Hors les Murs – Jardin des Tuileries (6ème partie)

Publié le par Bernard K

FIAC

Hors les Murs

 

 

 

 

Jardin des Tuileries

From Stately Throne, 2014,  Folkert de Jong, Bronze patiné / Patinated bronze,  210 x 90 x 85 cm -  Old DNA, 2014, Folkert de Jong Bronze patiné / Patinated bronze,  210 x 90 x 70 cm -  Spiritual Generator, 2014, Folkert de Jong, Bronze patiné / Patinated bronze,  180 x 85 x 70 cm -
From Stately Throne, 2014,  Folkert de Jong, Bronze patiné / Patinated bronze,  210 x 90 x 85 cm -  Old DNA, 2014, Folkert de Jong Bronze patiné / Patinated bronze,  210 x 90 x 70 cm -  Spiritual Generator, 2014, Folkert de Jong, Bronze patiné / Patinated bronze,  180 x 85 x 70 cm -
From Stately Throne, 2014,  Folkert de Jong, Bronze patiné / Patinated bronze,  210 x 90 x 85 cm -  Old DNA, 2014, Folkert de Jong Bronze patiné / Patinated bronze,  210 x 90 x 70 cm -  Spiritual Generator, 2014, Folkert de Jong, Bronze patiné / Patinated bronze,  180 x 85 x 70 cm -
From Stately Throne, 2014,  Folkert de Jong, Bronze patiné / Patinated bronze,  210 x 90 x 85 cm -  Old DNA, 2014, Folkert de Jong Bronze patiné / Patinated bronze,  210 x 90 x 70 cm -  Spiritual Generator, 2014, Folkert de Jong, Bronze patiné / Patinated bronze,  180 x 85 x 70 cm -
From Stately Throne, 2014,  Folkert de Jong, Bronze patiné / Patinated bronze,  210 x 90 x 85 cm -  Old DNA, 2014, Folkert de Jong Bronze patiné / Patinated bronze,  210 x 90 x 70 cm -  Spiritual Generator, 2014, Folkert de Jong, Bronze patiné / Patinated bronze,  180 x 85 x 70 cm -

From Stately Throne, 2014, Folkert de Jong, Bronze patiné / Patinated bronze, 210 x 90 x 85 cm - Old DNA, 2014, Folkert de Jong Bronze patiné / Patinated bronze, 210 x 90 x 70 cm - Spiritual Generator, 2014, Folkert de Jong, Bronze patiné / Patinated bronze, 180 x 85 x 70 cm -

« Folkert de Jong est né 1972 à Egmond aan Zee, aux Pays-Bas. Il vit et travaille à Amsterdam.
Les trois sculptures représentent trois Henri VIII en armure à trois âges différents, réunis en Terre sainte. Il y a le Henri jeune et mince, la tête baissée comme un saint bienveillant. Il y a le Henri à la mode, resplendissant avec ses jambières de bronze festonnées, les pieds couvert d'une mince couche de sable. Et il y a le Henri vieux, en équilibre précaire, comme s'il avait été figé juste avant de tomber en avant.
The Holy Land évoque pour le spectateur les groupes statuaires monumentaux représentant des figures historiques ou des scènes importantes. Pourtant, cette scène-là ne semble pas appartenir à l'histoire officielle. Elle semble relater un moment caché ou passé inaperçu, dévoiler une conspiration venue du passé.
© Studio Folkert de Jong - FIAC/Hors les Murs

Photos  © Bernard-K.Project

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

FIAC 2017 – Hors les Murs – Jardin des Tuileries (5ème partie)

Publié le par Bernard K

FIAC

Hors les Murs

 

 

 

 

Jardin des Tuileries

 

The Misthrown Dice, 2017 -  Gilles Barbier -  Aluminium thermo laqué, métal, rocher -   200 x 200 x 200 cm
The Misthrown Dice, 2017 -  Gilles Barbier -  Aluminium thermo laqué, métal, rocher -   200 x 200 x 200 cm
The Misthrown Dice, 2017 -  Gilles Barbier -  Aluminium thermo laqué, métal, rocher -   200 x 200 x 200 cm

The Misthrown Dice, 2017 - Gilles Barbier - Aluminium thermo laqué, métal, rocher - 200 x 200 x 200 cm

« Gilles Barbier est né en 1965 à Vanuatu. Il vit et travaille à Marseille.

Lors du Congrès Solvay de 1927, un échange célèbre oppose deux physiciens : Albert Einstein : Dieu ne joue pas au dé ! Niels Bohr : Einstein, cessez de dire à Dieu ce qu’il doit faire ! Derrière ce différent se cachent deux conceptions irréconciliables. Einstein est déterministe et rejette le hasard tandis que Bohr, représentant de la jeune physique quantique, développe une vision probabiliste du monde. Gilles Barbier, dès ses débuts, se nourrit de cet « esprit quantique » : la multiplicité des scenarios, l’aléatoire et la suspension du choix, sont autant d’éléments clés de son langage. Le Misthrown Dice élabore en une scène simple une synthèse entre recours au hasard et possibilité d’en arrêter l’issue aveugle par un vice de forme. Le dé étant « cassé », les six choix potentiels qu’il offre restent indéfiniment en suspension. »

FIAC/Hors les Murs

 

Niels Bohr est né en 1885 à Copenhague, il est l'une des figures marquantes de la physique du 20 ème siècle. C'est l'un des créateurs de la théorie quantique. Il reçut le Prix Nobel de physique en 1922. Il est mort à Copenhague en 1962.

 

Photos  © Bernard-K.Project

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

FIAC 2017 – Hors les Murs – Jardin des Tuileries (4ème partie)

Publié le par Bernard K

FIAC

Hors les Murs

 

 

 

 

Jardin des Tuileries

Les statues meurent aussi, 2017 Stefan Rinck Pierre calcaire  - 250 x 145 x 140 cm ; 260 x 145 x 140 cm ; 265 x 145 x 140 cm
Les statues meurent aussi, 2017 Stefan Rinck Pierre calcaire  - 250 x 145 x 140 cm ; 260 x 145 x 140 cm ; 265 x 145 x 140 cm
Les statues meurent aussi, 2017 Stefan Rinck Pierre calcaire  - 250 x 145 x 140 cm ; 260 x 145 x 140 cm ; 265 x 145 x 140 cm
Les statues meurent aussi, 2017 Stefan Rinck Pierre calcaire  - 250 x 145 x 140 cm ; 260 x 145 x 140 cm ; 265 x 145 x 140 cm
Les statues meurent aussi, 2017 Stefan Rinck Pierre calcaire  - 250 x 145 x 140 cm ; 260 x 145 x 140 cm ; 265 x 145 x 140 cm
Les statues meurent aussi, 2017 Stefan Rinck Pierre calcaire  - 250 x 145 x 140 cm ; 260 x 145 x 140 cm ; 265 x 145 x 140 cm
Les statues meurent aussi, 2017 Stefan Rinck Pierre calcaire  - 250 x 145 x 140 cm ; 260 x 145 x 140 cm ; 265 x 145 x 140 cm
Les statues meurent aussi, 2017 Stefan Rinck Pierre calcaire  - 250 x 145 x 140 cm ; 260 x 145 x 140 cm ; 265 x 145 x 140 cm
Les statues meurent aussi, 2017 Stefan Rinck Pierre calcaire  - 250 x 145 x 140 cm ; 260 x 145 x 140 cm ; 265 x 145 x 140 cm
Les statues meurent aussi, 2017 Stefan Rinck Pierre calcaire  - 250 x 145 x 140 cm ; 260 x 145 x 140 cm ; 265 x 145 x 140 cm

Les statues meurent aussi, 2017 Stefan Rinck Pierre calcaire - 250 x 145 x 140 cm ; 260 x 145 x 140 cm ; 265 x 145 x 140 cm

« Stefan Rinck est né en 1973 à Hambourg. Il vit et travaille à Berlin.

Ces figures de pierre composent une population bigarrée, d'animaux, chimères ou monstres. Costumés, masqués, nommés d'après des héros de la mythologie, ils composent une assemblée de non-humains discordante venant d'un autre monde, d'un imaginaire archaïque, tissé de mythes et de légendes. À travers cette faune, l'artiste explore une verve comique, réaliste et fantastique, et revivifie l'iconographie avec une pratique du Moyen-Âge : la sculpture par taille directe. Ces rocs taillés se dressent avec fierté : îlots verticaux, fidèles au bloc natif dont ils sont extraits, ils s'imposent par une présence immédiate. Avec ses sculptures frôlant les trois mètres, Stefan Rinck relève ici le défi de la monumentalité du Jardin des Tuileries. »

FIAC/Hors les Murs

 

« Trop mignon ! » a déclaré une promeneuse.

 

Photos  © Bernard-K.Project

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

FIAC 2017 – Hors les Murs – Jardin des Tuileries (3ème partie)

Publié le par Bernard K

FIAC

Hors les Murs

 

 

 

 

Jardin des Tuileries

FIAC 2017 – Hors les Murs – Jardin des Tuileries (3ème partie)
FIAC 2017 – Hors les Murs – Jardin des Tuileries (3ème partie)
FIAC 2017 – Hors les Murs – Jardin des Tuileries (3ème partie)
FIAC 2017 – Hors les Murs – Jardin des Tuileries (3ème partie)

« Maria Elvira Escallón est né en 1954 à Londres. Elle vit et travaille à Bogota.

Dans le cadre de l’année France-Colombie 2017, l’artiste colombienne Maria Elvira Escallón – actuellement en résidence à l’Arboretum de Chèvreloup – réalise une série de sculptures faisant appel à des souches d’arbres. En intervenant directement sur ce paysage historiquement chargé et bucolique, l'artiste insiste sur la volonté politique de gouverner la nature, comme le souhaitait Louis XIV. Dans cette œuvre, la nature sauvage se trouve ainsi en contraste avec la rationalité de l'artisan qui tente de la dominer. »

FIAC/Hors les Murs

L’Arboretum de Chèvreloup, situé à Rocquencourt dans les Yvelines est géré par le Muséum national d’Histoire naturelle. Il est à côté du Parc du Château de Versailles.

Je suis perplexe.

 

Photos  © Bernard-K.Project

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

FIAC 2017 – Hors les Murs – Jardin des Tuileries (2ème partie)

Publié le par Bernard K

FIAC 

Hors les Murs

Jardin

des

Tuileries

 

 

Onde, 2017 -  Pugnaire & Raffini - Tôle -   200 x 2000 x 50 cm
Onde, 2017 -  Pugnaire & Raffini - Tôle -   200 x 2000 x 50 cm
Onde, 2017 -  Pugnaire & Raffini - Tôle -   200 x 2000 x 50 cm
Onde, 2017 -  Pugnaire & Raffini - Tôle -   200 x 2000 x 50 cm

Onde, 2017 - Pugnaire & Raffini - Tôle - 200 x 2000 x 50 cm

« Florian Pugnaire, né en 1980, et David Raffini, né en 1982, vivent et travaillent à Nice.

Onde s’inspire d’une œuvre de 2011, présentée au Centre d’Art Concret de Mouans-Sartoux. Le duo poursuit leur entreprise en en proposant une version monumentale et complète. Sont développés ici les liens forts que Pugnaire & Raffini sont en train d’investir entre les champs de la sculpture et de la vidéo. En prolongeant l’œuvre, les artistes se rapprochent de la séquence chronophotographique propre à la vidéo. Les 24 tôles correspondent aux 24 images composant une seconde de film animé. Elles sont ainsi figées sculpturalement sans pouvoir se répéter inlassablement, en suspens, comme une décortication parfaite du temps. »

© François Fernandez -  FIAC/Hors les Murs

Onde, 2017 -  Pugnaire & Raffini - Tôle -   200 x 2000 x 50 cm
Onde, 2017 -  Pugnaire & Raffini - Tôle -   200 x 2000 x 50 cm

Onde, 2017 - Pugnaire & Raffini - Tôle - 200 x 2000 x 50 cm

Photos  © Bernard-K.Project

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

FIAC 2017 – Hors les Murs – Jardin des Tuileries (1ere partie)

Publié le par Bernard K

 

FIAC

Hors les Murs

 

 

Jardin des Tuileries

 

La FIAC (Foire Internationale d’Art Contemporain)  s’est tenu au Grand Palais à Paris du 19 au 22 octobre. Des œuvres ont également été exposées dans Paris, en particulier dans le Jardin des Tuileries.

Voici quelques œuvres encore visibles lors de ma promenade dans le Jardin mercredi 1er novembre.

Lentilles flottantes, 1994 - Marta Pan - Résine moulée, finitions apprêt polyester et laque polyéruthane - 210 cm et 105 cm de diamètre
Lentilles flottantes, 1994 - Marta Pan - Résine moulée, finitions apprêt polyester et laque polyéruthane - 210 cm et 105 cm de diamètre
Lentilles flottantes, 1994 - Marta Pan - Résine moulée, finitions apprêt polyester et laque polyéruthane - 210 cm et 105 cm de diamètre

Lentilles flottantes, 1994 - Marta Pan - Résine moulée, finitions apprêt polyester et laque polyéruthane - 210 cm et 105 cm de diamètre

Cette œuvre est exposée sur le Gand Bassin Octogonal face à l’entrée de la Place de la Concorde.

Marta Pan est née en 1923 à Budapest en Hongrie, elle est morte à Paris en 2008.

 

« D’abord inspirée par des formes végétales et organiques, son travail évolue rapidement vers des lignes plus simplifiées, jusqu’à l’abstraction. Marta Pan s’intéresse à la liberté de mouvement qu’elle peut donner à ses sculptures, recherche qui arrive à son apogée avec la série des sculptures flottantes. La première est réalisée en 1960 pour le Kröller-Müller Museum (Pays-Bas) qui lui propose d’investir le parc autour du musée et son plan d’eau. Marta Pan crée alors « un point de rencontre entre l’architecture et la nature » et dessine une sculpture pour un étang dont elle décide également des contours afin d’épouser à la fois la sculpture et son environnement direct. »

© Fondation Marta Pan – André Wogenscky. FIAC/Hors les Murs

Photos  © Bernard-K.Project

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

La "Mort Saint-Innocent"

Publié le par Bernard K

La "Mort Saint-Innocent"

Cette statue en albâtre, haute de 1.20 mètre provient de l’ancien cimetière des Innocents. Le cimetière des Innocents était situé dans l’actuel quartier des Halles. Le cimetière fut fermé en 1780 après qu’un restaurateur du quartier trouva dans sa cave des ossements, des squelettes et des cadavres provenant des fosses qui par le poids des sépultures avaient déversées.

En 1780 les murs de fosses s’écroulèrent emplissant la cave d’un restaurateur  d’ossements et de cadavres. Le cimetière fut alors fermé.

Le cimetière fut détruit en 1786. Les ossements furent transférés vers les catacombes.

Une place décorée en son centre d’une haute fontaine, à quelques pas du Forum des Halles en marque l’emplacement.

La statue était enfermée dans un coffre ouvert uniquement le jour de la Toussaint.

Cette statue est visible au musée du Louvre dans les salles des sculptures françaises au rez-de- chaussée de l’aile Richelieu.

Sur son bouclier, un quatrain :

"Il n'est vivant tant soit plein d'art

Ne de force pour resistance

Que je ne frappe de mon dard

Pour bailler aux vers leur pitance

Priez Dieu pour les trepasses."

En 1786 la statue a été déplacée à l’église Saint Gervais près de l’actuel Hôtel de Ville, puis à Notre Dame avant d’entrer au musée des Monuments Français, elle entre au Louvre en 1866.

 

 

 

L’écrivain Jean-François Parot évoque ce déménagement dans un des romans  de la série « Nicolas Le Floch » « L’Inconnu du Pont-Notre Dame ».

La "Mort Saint-Innocent"
La "Mort Saint-Innocent"
La "Mort Saint-Innocent"
La "Mort Saint-Innocent"

Paris - Musée du Louvre - Aile Richelieu - Sculptures françaises - 
Passage de la "Mort Saint-Innocent" (Salle 13)

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

Paris Musée du Louvre - Vierge à l’Enfant (?)

Publié le par Bernard K

De temps en temps j’ai envie de vous faire partager mes coups de cœur du Musée du Louvre. Ce ne sont peut-être pas les œuvres les plus célèbres ou les œuvres les plus belles. C’est une peinture, un dessin, une sculpture qui sans que je comprenne pourquoi m’attire.

Ainsi cette magnifique « Vierge à l’Enfant ».

Paris Musée du Louvre - Vierge à l’Enfant (?)

Cette "Vierge à l’Enfant" n’en n’est pas une. Elle ne décore pas quelque église.

En fait il s’agit de Messaline, l'épouse de l'empereur Claude (41-54 ap. J.-C.), et son jeune fils Britannicus (le « Britannicus » de Jean Racine que les professeurs nous ont forcé à étudier au collège).

Cette statue en marbre haute de 1.95 mètre a été découverte aux environs de Rome. Elle a décoré les jardins du château de Versailles. Elle arrive au musée du Louvre à la Révolution.

Messaline, la femme de l’empereur Claude eut deux enfants Octavie  puis Britannicus. C’est lui qu’elle porte sur son bras.

Messaline n’avait rien d’une vierge, et encore moins d’une sainte. Dans l’Histoire, elle laisse le souvenir d’une femme aux mœurs dissolues, trompant son époux. Certains auteurs racontent même qu’elle se prostituait. Son nom est même devenu un nom commun pour parler d’une femme aux mœurs plus que légères.

L’empereur l’a fit assassiner en 48 ap. J.-C.

Avez-vous remarqué le bras tendu de l’enfant vers le visage de sa mère.

L'Impératrice Messaline - Vers 45 ap. J.-C. - Environs de Rome

Musée du Louvre  - Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines.

 

Photos  © Bernard-K.Project

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

Paris – Fondation Louis Vuitton

Publié le par Bernard K

Par une froide journée de février, telle que l’on en a tant vécue au mois de février, je suis allé voir l’exposition « Icônes de l'art moderne » consacrée à, la collection Chtchoukine. Exposition qui s’est achevée, après 15 jours de prolongation, le 5 mars. Une superbe exposition qui proposait des peintures visibles au Musée Pouchkine de Moscou et au Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. Peintures d’Edgar Degas, de Vincent Van Gogh, de Camille Pissarro, d’Auguste Renoir, d’Alfred Sisley, d’Henri de Toulouse-Lautrec, d’Henri (dit Le Douanier) Rousseau. Et encore des peintures d’Henri Matisse, de Paul Gauguin, de Paul Cézanne, de Claude Monet, de Pablo Picasso. Œuvres achetées par ce mécène russe à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle jusqu’à la Révolution Russe en 1917.

Paris – Fondation Louis Vuitton

Aller à la Fondation Louis Vuitton se mérite. Lorsque nous n’avons que les transports en commun parisiens pour nous déplacer, il faut descendre à la station de métro les Sablons sur la ligne 1 La Défense - Château de Vincennes. Nous sommes à Neuilly sur Seine. Puis après avoir marché quelques centaines de mètres dans cette ville des Hauts de Seine, nous revenons dans Paris et dans le Bois de Boulogne. Nous longeons le Jardin d’Acclimatation et tournant sur notre droite et nous prenons l’Avenue du Mahatma Gandhi. Après le Jardin d’Acclimatation se dresse une étrange construction.

Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton

Certains aiment, d’autres non. Je fais plutôt partie de la seconde catégorie. Je compare le musée à un dirigeable posé dans le Bois, ou à une baleine échouée.

Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton

En haut les terrasses permettent d’admirer Paris, le quartier de la Défense et ses gratte-ciel qui pourraient rappeler Manhattan.

Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton

Le Bois de Vincennes et entre deux murs dans la brume hivernale la Tour de monsieur Eiffel.

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>