Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

9 articles avec musees expositions

Paris Musée du Louvre - Vierge à l’Enfant (?)

Publié le par Bernard K

De temps en temps j’ai envie de vous faire partager mes coups de cœur du Musée du Louvre. Ce ne sont peut-être pas les œuvres les plus célèbres ou les œuvres les plus belles. C’est une peinture, un dessin, une sculpture qui sans que je comprenne pourquoi m’attire.

Ainsi cette magnifique « Vierge à l’Enfant ».

Paris Musée du Louvre - Vierge à l’Enfant (?)

Cette "Vierge à l’Enfant" n’en n’est pas une. Elle ne décore pas quelque église.

En fait il s’agit de Messaline, l'épouse de l'empereur Claude (41-54 ap. J.-C.), et son jeune fils Britannicus (le « Britannicus » de Jean Racine que les professeurs nous ont forcé à étudier au collège).

Cette statue en marbre haute de 1.95 mètre a été découverte aux environs de Rome. Elle a décoré les jardins du château de Versailles. Elle arrive au musée du Louvre à la Révolution.

Messaline, la femme de l’empereur Claude eut deux enfants Octavie  puis Britannicus. C’est lui qu’elle porte sur son bras.

Messaline n’avait rien d’une vierge, et encore moins d’une sainte. Dans l’Histoire, elle laisse le souvenir d’une femme aux mœurs dissolues, trompant son époux. Certains auteurs racontent même qu’elle se prostituait. Son nom est même devenu un nom commun pour parler d’une femme aux mœurs plus que légères.

L’empereur l’a fit assassiner en 48 ap. J.-C.

Avez-vous remarqué le bras tendu de l’enfant vers le visage de sa mère.

L'Impératrice Messaline - Vers 45 ap. J.-C. - Environs de Rome

Musée du Louvre  - Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines.

 

Photos  © Bernard-K.Project

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

Paris – Fondation Louis Vuitton

Publié le par Bernard K

Par une froide journée de février, telle que l’on en a tant vécue au mois de février, je suis allé voir l’exposition « Icônes de l'art moderne » consacrée à, la collection Chtchoukine. Exposition qui s’est achevée, après 15 jours de prolongation, le 5 mars. Une superbe exposition qui proposait des peintures visibles au Musée Pouchkine de Moscou et au Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. Peintures d’Edgar Degas, de Vincent Van Gogh, de Camille Pissarro, d’Auguste Renoir, d’Alfred Sisley, d’Henri de Toulouse-Lautrec, d’Henri (dit Le Douanier) Rousseau. Et encore des peintures d’Henri Matisse, de Paul Gauguin, de Paul Cézanne, de Claude Monet, de Pablo Picasso. Œuvres achetées par ce mécène russe à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle jusqu’à la Révolution Russe en 1917.

Paris – Fondation Louis Vuitton

Aller à la Fondation Louis Vuitton se mérite. Lorsque nous n’avons que les transports en commun parisiens pour nous déplacer, il faut descendre à la station de métro les Sablons sur la ligne 1 La Défense - Château de Vincennes. Nous sommes à Neuilly sur Seine. Puis après avoir marché quelques centaines de mètres dans cette ville des Hauts de Seine, nous revenons dans Paris et dans le Bois de Boulogne. Nous longeons le Jardin d’Acclimatation et tournant sur notre droite et nous prenons l’Avenue du Mahatma Gandhi. Après le Jardin d’Acclimatation se dresse une étrange construction.

Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton

Certains aiment, d’autres non. Je fais plutôt partie de la seconde catégorie. Je compare le musée à un dirigeable posé dans le Bois, ou à une baleine échouée.

Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton

En haut les terrasses permettent d’admirer Paris, le quartier de la Défense et ses gratte-ciel qui pourraient rappeler Manhattan.

Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton
Paris – Fondation Louis Vuitton

Le Bois de Vincennes et entre deux murs dans la brume hivernale la Tour de monsieur Eiffel.

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

Paris – Fondation Louis Vuitton - Icônes de l'art moderne

Publié le par Bernard K

J’ai visité hier la superbe exposition intitulée « Icônes de l'art moderne » à la Fondation Louis Vuitton. 130 œuvres en provenance du Musée Pouchkine de Moscou et le Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg sont exposées.

Edgar Degas, Vincent Van Gogh, Camille Pissarro, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Henri de Toulouse-Lautrec, Henri (dit Le Douanier) Rousseau. Et encore Henri Matisse, Paul Gauguin, Paul Cézanne, Claude Monet, Pablo Picasso.

Il s’agit de la collection Chtchoukine. Sergueï Ivanovitch Chtchoukine était un homme d’affaire russe. Il est né à Moscou en 1854. C’était un mécène et un collectionneur d’art. Jusqu’à la Révolution russe il a acheté des peintures principalement françaises. Après la nationalisation de sa collection, ces peintures étaient visibles au Musée d’art moderne occidental. Puis l’exposition en fut interdite par Staline. C’est en 1948 que la collection a été divisée entre les deux musées.

Sergueï Ivanovitch Chtchoukine s’était exilé en France. Il est mort à Paris en 1936.

Si vous aimez l’art et la peinture, n’hésitez pas. Bon, bien sûr vous ne serez pas tout seul dans les salles……

En raison de son succès, l’exposition qui devait s’arrêter le 20 février est prolongée jusqu’au 5 mars.

La fondation Louis Vuitton est située 8, Avenue du Mahatma Gandhi dans le 16ème arrondissement (à côté du Jardin d’Acclimatation.

Paris – Fondation Louis Vuitton - Icônes de l'art moderne
Paris – Fondation Louis Vuitton - Icônes de l'art moderne

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques

Publié le par Bernard K

Des œuvres d’arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques sont exposées au musée du Louvre. Pour les admirer il faut se promener jusqu’au Pavillon des Sessions situé à l’extrémité ouest de l’Aile Denon, le long de la Seine.

Il faut ainsi traverser les salles des antiques sculptures grecques et romaines, monter des escaliers et admirer au passage la Victoire de Samothrace ; passer devant les fresques de Botticelli, les peintures de Fra Angelico, de Botticelli, de Lippi, dans la Grande Galerie voir les peintures de Ghirlandaio, de Léonard de Vinci (dont la magnifique « Sainte Anne », le « Saint Jean-Baptiste »), du Perugin, de Raphael. Il faut traverser les salles de la Peinture Espagnole où sont exposées des peinture de Murillo, du Greco, de Velasquez. Puis en entrant dans la salle des peintures anglaises prendre l’escalier sur la gauche et descendre. Enfin on arrive aux œuvres des arts dits »premiers ». Une centaine d’œuvres d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques sont exposées. Ces œuvres sont gérées par le musée du Quai Branly-Jacques Chirac. Quelques œuvres sont prêtées par des musées étrangers.

108 œuvres sont exposées dans des salles claires inaugurées en 2000 par le Président de la République. Il y a peu de visiteurs on ne visite pas ces salles par hasard.

Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du Louvre - Arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

Musée du Louvre. Tombeau de Philippe Pot

Publié le par Bernard K

Musée du Louvre. Tombeau de Philippe Pot

Il y a quelques années, me perdant dans les salles du musée, j’avais été attiré par l’impressionnant cortège funèbre qui semblait d’un pas lent et lourd traverser l’une des salles du département des sculptures françaises. Les pleurants portaient une épaisse dalle de pierre sur laquelle reposait dans l’éternité un chevalier les mains jointes en prière, vêtu de son armure. Le casque dont la visière était relevée laissait voir son visage.

Musée du Louvre. Tombeau de Philippe Pot

Les pleurants (ou deuillants) étaient revêtus d’un long manteau noir à large capuchon recouvrant leur visage, manteau qui pouvait rappeler le vêtement monastique. Ils portaient au côté les écus aux armes du défunt. J’imaginais que c’étaient des chevaliers des compagnons d’armes, des pairs du chevalier mort.

Musée du Louvre. Tombeau de Philippe Pot
Musée du Louvre. Tombeau de Philippe PotMusée du Louvre. Tombeau de Philippe Pot
Musée du Louvre. Tombeau de Philippe PotMusée du Louvre. Tombeau de Philippe Pot

C’était le « Tombeau de Philippe Pot ». Philippe Pot (1428 - 1493) fut grand sénéchal de Bourgogne. Il a servi les Ducs de Bourgogne dont le fameux Charles le Téméraire, puis les rois de France Louis XI et Charles VII. Il était chevalier de la Toison d’Or et chevalier de l’ordre de Saint-Michel.

Musée du Louvre. Tombeau de Philippe PotMusée du Louvre. Tombeau de Philippe PotMusée du Louvre. Tombeau de Philippe Pot

Cette sculpture que l’on peut admirer dans la salle 10 (salle Philippe Pot) du département des Sculptures françaises fait 1.80 mètre de haut sur 2.60 mètres de long et 1.67 mètre de large.

Musée du Louvre. Tombeau de Philippe Pot

Photos © Bernard K. Project

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

Au Musée du Louvre - Deux pleurants du tombeau de Jean de Berry

Publié le par Bernard K

Ces deux magnifiques statuettes en marbre, hautes de 37 centimètres, proviennent du tombeau de Jean de France, duc de Berry  (1340-1416). Jean de France est le fils du roi Jean II dit «Le Bon », le frère du roi Charles V, et l’oncle du roi Charles VI. Jean duc de Berry ne joua pas un grand rôle politique dans l’Histoire de France, mais il fut par sa fortune un important mécène.

Au Musée du Louvre - Deux pleurants du tombeau de Jean de Berry

Jean de Berry avait de son vivant choisi que sa sépulture soit à Bourges et pour cela fit construire la Sainte-Chapelle où devait être installé son tombeau. Mais à la mort du duc le tombeau n’était pas achevé. Il semble que le coffre, le gisant et quelques  pleurants aient été réalisés. Au XVème siècle son petit neveu, le roi Charles VII fit achever le monument et y fit ajouter des pleurants manquants (deux de ces pleurants en albâtre sont actuellement exposés au Pavillon de l’Horloge du Louvre.) Au XVIIIème siècle le clergé de la cathédrale fit détruire la Sainte Chapelle, et le tombeau fut transféré dans la cathédrale. Bien sûr à la Révolution l’œuvre fut en partie détruite et seul le gisant subsiste dans la cathédrale. Les pleurants furent dispersés dans le monde entier.

Ces deux pleurants originaux ont été acquis en juin en préemption en vente publique.

« Le droit de préemption – mis en place par la loi du 31 décembre 1921 – est un droit régalien permettant à l’État de se substituer de manière autoritaire au dernier enchérisseur d’un bien proposé dans le cadre d’une vente aux enchères. Ainsi l’État peut-il, en lieu et place de l’acheteur légitime et sans entrer dans le jeu des enchères, acquérir le bien au dernier prix annoncé par le commissaire-priseur.» Informations provenant de la Gazette Drouot.

Au Musée du Louvre - Deux pleurants du tombeau de Jean de Berry
Au Musée du Louvre - Deux pleurants du tombeau de Jean de Berry
Au Musée du Louvre - Deux pleurants du tombeau de Jean de Berry
Au Musée du Louvre - Deux pleurants du tombeau de Jean de Berry

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde

Publié le par Bernard K

Pour voir la peinture la plus célèbre du musée, l’une des peintures les plus célèbres du monde, si ce n’est LA plus célèbre au monde, ce n’est pas difficile, il faut suivre les flèches et les panneaux indicateurs.

Aile Denon Aile Denon Aile Denon

Aile Denon

Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde

Nous devons prendre la direction de l’aile Denon située au sud du Musée. Il faut marcher, monter des escaliers, traverser des salles.

Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde

 Passons la galerie Daru où sont exposées des sculptures antiques des collections italiennes des XVIIIème  et XIXème siècles.

Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde

Nous montons l’escalier de la Victoire de Samothrace (Escalier Daru). En haut devant la statue ailée, proue de navire dominant l’escalier monumental, nous tournons à droite, pour entrer dans les collections des  Peintures italiennes.

Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde

Salle Percier et Fontaine où sont exposés deux fresques de Botticelli. Salle Duchâtel où nous pouvons admirer une fresque de Fra Angelico.  Dans le Salon Carré nous passons devant d’autres œuvres de Fra Angelico ou de Botticelli,  et des tableaux de Francesco Botticini, de Filippo Lippi. Et nous arrivons dans la Grande Galerie. Giovanni Bellini, Léonard de Vinci, Pérugin, Raphaël, et d’autres.

Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde

Un peu plus en avant dans la Grande Galerie, nous tournons à droite, et entrons dans la salle de la Joconde (autrefois appelée salle des Etats). Dans cette salle sont exposées des peintures du Tintoret, Titien, Véronèse (dont l’une de mes peintures préférées du Louvre : Les Noces de Cana), et bien sûr : le «Portrait de Lisa Gherardini, épouse de Francesco del Giocondo, dite Monna Lisa, la Gioconda ou la Joconde », peint par Léonard de Vinci.

Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde
Le Flâneur du Louvre – A la recherche de La JocondeLe Flâneur du Louvre – A la recherche de La Joconde

Voilà vous avez pu admirer la plus célèbre des peintures du monde.

Photos  © Bernard K. Project

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

Musée du Louvre – La Joconde

Publié le par Bernard K

J’avais dans l’idée de vous parler aujourd’hui de la Joconde qui est surement l’un des tableaux les plus célèbres.

Je me suis donc rendu au Musée du Louvre et je suis allé au 1er étage de l’aile Denon dans la « salle de la Joconde » qui s’ouvre sur la Grande Galerie.

Au fond derrière la foule, les appareils photos et les smartphones je pense que c’était le tableau que je voulais voir. Et encore, nous sommes le 23 septembre, il est 12h16. Ce n’est pas un jour de juillet ou d’aout.

Tant pis. Je reviendrais une autre fois.
 

Musée du Louvre – La Joconde

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0

Musée du Louvre - Le Scribe Accroupi.

Publié le par Bernard K

Le Scribe Accroupi.

Le « Scribe Accroupi » est l’une des œuvres emblématiques du Département des Antiquités Egyptiennes du Musée du Louvre.

Cette œuvre fut sculptée durant l’Ancien Empire, c’est-à-dire entre 2700 et 2200 avant Jésus-Christ. C’est pendant cette période considérée comme un « âge d’or » que furent édifiés la Pyramide De Chéops et le Grand Sphinx de Giza.

La statue ne porte aucune inscription. On ne connait donc pas l’identité du scribe représenté ni la date à laquelle elle a été sculptée. La statue a été découverte à Saqqara en 1850 par Auguste Mariette (1821 – 1881) appartenant à la Conservation des Antiquités Egyptiennes du Louvre. Mais l’endroit exact n’est pas certain car, les fouilles ont fait l'objet de publications posthumes, les journaux de fouilles ont été égarés et les archives sont dispersées entre la France et l'Égypte. De plus l'endroit avait été pillé, et n'a donc pu fournir aucun indice sur l'identité du personnage.

Saqqara est une vaste nécropole près de Memphis (au sud du Caire) la capitale de l’Ancien Empire. Memphis et sa région sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1979.

Ce qui frappe dans cette admirable sculpture c’est le réalisme dégagé, la précision des détails, la présence du personnage. L’intensité du regard. Je pense que c’est ce qui fascine le plus les visiteurs et qui en a fait une œuvre célèbre.

Je suis persuadé que la nuit, le scribe pose son papyrus, va se promener, visiter le musée, et discuter avec d’autres statues.

H. : 53,70 cm. ; L. : 44 cm. ; Pr. : 35 cm.

Département des Antiquités égyptiennes. (n° inventaire E 3023) -Aile Sully 1er étage – salle 22 – vitrine 10 –

Nombre d’informations proviennent du livre de Christiane Ziegler – Le scribe accroupi – musée du Louvre collection solo. Ainsi que du site du Musée : louvre.fr

Musée du Louvre - Le Scribe Accroupi.
Musée du Louvre - Le Scribe Accroupi.

Publié dans MUSEES EXPOSITIONS

Partager cet article

Repost 0